(Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)

Air France-KLM a dégagé en 2016 un résultat d’exploitation de plus de 1 milliard d’euros, en hausse de 269 millions par rapport à 2015, grâce essentiellement à la baisse de 25,7% de la facture carburant. Air France a vu son résultat baisser de 54 millions d’euros, à 372 millions, quand KLM a augmenté le sien de 384 millions, à 681 millions d’euros.

L’amélioration du résultat d’exploitation d’Air France-KLM en 2016 risque une nouvelle fois d’être utilisée par certains syndicats d’Air France pour justifier de ne pas faire de nouveaux efforts de compétitivité. L’exercice est tentant dans la mesure où le groupe a fait état ce jeudi d’une hausse de son bénéfice d’exploitation de 269 millions d’euros, à 1,049 milliard d’euros, malgré l’impact de négatif de 130 millions des grèves des pilotes en juin et des hôtesses et stewards en juillet. Hors effet de change, le bénéfice d’exploitation aurait même progressé de 558 millions, à plus de 1,2 milliard d’euros. Ceci malgré une baisse de 3% du chiffre d’affaires à 24,8 milliards d’euros. Enfin, le résultat net bondit de 674 millions d’euros, à 792 millions, grâce à la vente d’une partie du capital de Servair, la filiale catering.

La facture carburant chute de 1,5 milliard d’euros

Mais ces résultats sont à prendre avec précaution. Comme le reconnaît le groupe, “l’augmentation du résultat d’exploitation est due principalement à l’effet favorable du carburant”. La facture carburant a en effet chuté de 1,586 milliard d’euros par rapport à 2015 (soit un recul de 25,7%, à 4,597 millions). Même si une partie est gommée par l’effet négatif des couvertures, l’effet positif de la baisse de la facture carburant sur le résultat d’exploitation s’élève à 927 millions. Celle-ci a permis de compenser largement  (tout en y contribuant) la baisse de la recette unitaire liée à une concurrence sévère et à une surcapacité sur certains marchés. La recette unitaire a reculé l’an passé de 4,7% sur le long courrier et de 5,4% sur le moyen-courrier, tout en augmentant de 1% sur le court-courrier après la restructuration de ce pôle.

“On s’est bien battus pour limiter au maximum l’impact de la concurrence sur la baisse de la recette unitaire”, a indiqué à des journalistes Frédéric Gagey, directeur financier d’Air France-KLM après avoir dirigé Air France jusqu’en novembre.

En janvier, la baisse globale de la recette unitaire a été ramenée à 0,7% et Frédéric Gagey s’est dit satisfait des réservations sur le long-courrier (le segment offrant le plus de visibilité).

Air France-KLM a dégagé en 2016 un résultat d’exploitation de plus de 1 milliard d’euros, en hausse de 269 millions par rapport à 2015, grâce essentiellement à la baisse de 25,7% de la facture carburant. Air France a vu son résultat baisser de 54 millions d’euros, à 372 millions, quand KLM a augmenté le sien de 384 millions, à 681 millions d’euros.

L’amélioration du résultat d’exploitation d’Air France-KLM en 2016 risque une nouvelle fois d’être utilisée par certains syndicats d’Air France pour justifier de ne pas faire de nouveaux efforts de compétitivité. L’exercice est tentant dans la mesure où le groupe a fait état ce jeudi d’une hausse de son bénéfice d’exploitation de 269 millions d’euros, à 1,049 milliard d’euros, malgré l’impact de négatif de 130 millions des grèves des pilotes en juin et des hôtesses et stewards en juillet. Hors effet de change, le bénéfice d’exploitation aurait même progressé de 558 millions, à plus de 1,2 milliard d’euros. Ceci malgré une baisse de 3% du chiffre d’affaires à 24,8 milliards d’euros. Enfin, le résultat net bondit de 674 millions d’euros, à 792 millions, grâce à la vente d’une partie du capital de Servair, la filiale catering.

La facture carburant chute de 1,5 milliard d’euros

Mais ces résultats sont à prendre avec précaution. Comme le reconnaît le groupe, “l’augmentation du résultat d’exploitation est due principalement à l’effet favorable du carburant”. La facture carburant a en effet chuté de 1,586 milliard d’euros par rapport à 2015 (soit un recul de 25,7%, à 4,597 millions). Même si une partie est gommée par l’effet négatif des couvertures, l’effet positif de la baisse de la facture carburant sur le résultat d’exploitation s’élève à 927 millions. Celle-ci a permis de compenser largement  (tout en y contribuant) la baisse de la recette unitaire liée à une concurrence sévère et à une surcapacité sur certains marchés. La recette unitaire a reculé l’an passé de 4,7% sur le long courrier et de 5,4% sur le moyen-courrier, tout en augmentant de 1% sur le court-courrier après la restructuration de ce pôle.

“On s’est bien battus pour limiter au maximum l’impact de la concurrence sur la baisse de la recette unitaire”, a indiqué à des journalistes Frédéric Gagey, directeur financier d’Air France-KLM après avoir dirigé Air France jusqu’en novembre.

En janvier, la baisse globale de la recette unitaire a été ramenée à 0,7% et Frédéric Gagey s’est dit satisfait des réservations sur le long-courrier (le segment offrant le plus de visibilité).